" />

Torino1

Étonnant Turin !
Je ne connaissais Turin ni des lèvres ni des dents ;-)
Mais ce sera Lecousin qui,amoureux comme nous des destinations trans Alpines, ira nous suggérer cette destination .... Banco : le soir même le voyage était bouclé !

Hélas , nous irons sans lui ... Un tendon récalcitrant va le bloquer pour la  X iem fois de suite : pas de panique lecousin : on a tous eu des passages à vide sur blessure ;-) je te dédie ce récit , du coup !

Et pourquoi pas le Nice Cannes du même jour ? : cela aurait pu être une revanche sur l'an dernier : en effet j'avais du déclarer forfait sur une bonne entorse de la semaine avant ( au nouveau Trail de la Ronde des vignes ... En fait le ligament ayant claqué étant l'anterieur de la cheville , il m'aurait été possible de courir ce NC, mais par prudence et pour rendre service aux copains pour la logistique des convoyages , je me suis un peu dévoué ;-). )         
L'excitation de découvrir une nouvelle ville Italienne a été plus forte qu'une 3 iem édition d' un marathon à domicile ... Et à 3h30 de chez nous ... Sans train-galère à prendre ... le jeu en valait la chandelle ;-)
la semaine a été chouette, avec l'essai de mes Vibram Five Fingers achetées à Washington ,( pour le Marine Corps Marathon de la semaine d'avant) , puis une superbe petite course le Jeudi avant notre départ : la course des Iles du Frioul dans la rade de Marseille : un 15 km original, vallonné, aux paysages magnifiques ! Un véritable coup de cœur pour cette course du Grand Sud ;-)

Départ donc, vendredi apm : surprise de constater la proximité de notre Hotel par rapport au départ et arrivée du marathon, surprise de découvrir une belle ville By Night : toute décorée , des palais de partout , des places immenses de partout , des Eglises et monuments dans chaque pâtés de maison ... Un marathon expo en plein air, devant l'Arche d'arrivée, sur une place de toute beauté !!!! Un restaurant gastronomique qui n'attendait que nous ;-)
Bref ! Un marathon sous de très bons hospices !

Le samedi : visite non stop, comme il se doit : la ville de Turin est construite à l'Américaine : en damier : avec des grandes avenues marchandes et souvent piétonnes , sinon sous ses arcades : les plus beaux magasins se suivent .
Régulièrement , un ou deux ou trois blocs de maisons laissent place à de splendides places, justement ! C'est dire la grandeur de celles ci !!! ( la plus grande d'Europe est d'ailleurs à Turin!)
Surprise de découvrir que le plus grand musée uniquement consacré à l'art Egyptien en dehors du Caire, est ici .
Surprise de se trouver devant le Saint Suaire au hasard d'une cathédrale !!!! ( j'avais oublié !!! et, même si la réalité de cette relique est douteuse , le lieu n'en est pas moins empreint de dévotion ...)
Surprise de se trouver en pleine compétition de Rameurs sur le Pô : je n'ai jamais vu autant de si frêles esquifs de ma vie ... et leur " marathon expo" qui va avec ! Amusant !
                 
Bref : le dimanche le départ est à 9h15 , pas de vestiaire : nous ne sommes vraiment pas loin !
Un café noir et sans sucre à 7h à l'hôtel et basta ( toujours à jeun, le pconvert ;-))
La Meteo ? Idéale !
Un petit brouillard,  sans vent : tout au plus une fine risée , pas une goutte de pluie , pas de bruine , la chaussée est parfois un peu humide , mais finalement cela ne glisse pas ! Ouf!
Cela va rester ainsi pendant tout le parcours .
Le parcours? Je le découvre sur le petit journal du marathon : un grand carré , 4 Angles droits , le départ se donne 1km en bas d'un des cotés avant le premier virage ... Et basta !
Le marathon est bien organisé : tentes vestiaires derrière le lieu du RDV , suffisamment de toilettes pour le nombre de coureurs, pas de sas , mais étant donné la participation limitée (2000?) ce ne sera pas un manque !
Très peu d'étrangers ... mais nous ;-)
Les ravitos sont très bien ! Eau, boissons énergétiques, à manger ( bananes , chocolats Kinder, biscottes) etc ...
L'ambiance ? Bonne enfant ! Des "grosses caisses" tous les 2 km !!!!!
Quelques groupes folkloriques dans les villages , des spectateurs éparses mais enthousiastes !
En effet , apres le premier angle droit du parcours , nous sortons progressivement de la ville , pour nous retrouver en rase campagne : nous allons ainsi traverser quelques villages des alentours avant de revenir sur Turin .

Mais "Mon" marathon ?....
Je cale le partenaire virtuel de ma Garmin sur 3h20 : pas déguisé ce coup ci , et avec cette température qui me convient, cela doit être réaliste !
Mouais ...... si le rythme est d'emblée bon... Je crève de chaud !!!!!
Je dégouline ....me maudit d'avoir ces kilos en trop ! .... Baisse mes brassards en faisant tomber 2 fois mon appareil photo num. Grrrrrrrr......
Puis , en sortant de la ville , l'air est plus frais , je rentre dans la course avec plus d'aisance .... Jusqu'au semi que je passe avec 17 sec de différence sur ma Garmin !

À partir de là : catastrophe !!!!!!
Mais qu'est ce que j'ai ? Je reste scotché à la route ... un effort permanent pour garder le rythme , et mon partenaire virtuel en profite , le bougre !  Les secondes puis les minutes de retard s'accumulent ! Je pense même à attendre ma Dany tranquillement !

Je rigole de la réflexion de Kecily sur le récit de son marathon de Toulouse " quelle volonté faut il pour garder le rythme sans public et encouragements " ....
Oui, mais quand il s'agit du grand rdv de l'année pour son exploit sportif, bien préparé par un plan d'entraînement sur X semaines ... On ne se pose même pas la question !
Mais là : 6 iem marathon de notre série de 8 en 11 semaines .... Ce n' est plus de la volonté ....!!!!! Mais d' l'abnégation ?!
Non ! En fait : quand on n'aime on ne compte pas , quand on aime on en a envie ! Comme au premier ! 

Revenons à mon parcours ... Le semi est passé ... Je rame ... je me maudit ...  J'ai l'impression de monter tout le long .... MONTER ??????
Nous passons le tapis des 30 km ... Un angle droit ... Et là devant moi ????
Non !!! MON DIEU ! , dites moi que je rêve ?!!! 
12 km de DESCENTE !!!!!!! Une énorme ligne droite en descente ! LA BONNE BLAGUE ! ;-)   
Pas étonnant que je ramais ! Je viens de subir 10 km de véritable montée ... Et maintenant : la récompense ! Yesssssssssss!
Et quand on est assez bon finisher comme je le suis ( quelques négative split de suite sur la plupart de mes derniers marathons) que l'on aime les descentes , que l'on sait immédiatement accélérer une foulée à presque la doubler , et que l'on sent que la revanche arrive !!!!! Il ne faut pas me le dire deux fois !
Je suis assez surpris de constater que le reste du peloton se contente de descendre sur le même rythme, sans accélérer !
Tant pis pour eux ;-)
Je vais doubler des dizaines et des dizaines de participants ! Un carnage ;-) je jubile !
Je reprends 15 sec de retard à chaque km .... Ce qui fait , en comptant mon ralentissement du rythme en montée : 30 sec de mieux à chaque Km Ô_Ô
Je jubile. Étonnant Turin !!!!!!!!
Bien sûr : il faut assurer ! et quand , par moment un pont ou un faut plat vient briser la douce descente, il faut savoir gérer : car le palpitant doit être proche des 100% de la FCM !
Au 36 iem : l'affaire est dans le sac : le retard été rattrapé,  en 6km! Presque 3 min de grappillées ! Yess !
Allez : un petit négative split pour faire bon poids bonne mesure , et le bonheur sera au comble !
Les derniers grands boulevards bondés de monde , ce coup ci , et hop ! L'arche d'arrivée salvatrice ;-)
Interview du petit français ( même ici et en tenue anonyme ;-) !)

3h19 avec  revirement de situation, qui confirme pour moi, et cela se constate sur tous les marathons : c'est que pas un ne ressemble à l'autre!
Ne jamais jeter l'éponge, et ne jamais vendre la peau de l'Ours ....
Cette distance m'émerveille à chaque marathon : accessible tout en étant une nouvelle aventure sans cesse renouvelée .
La médaille est jolie dans son originalité, Turin nous a surpris, étonnés .... Merci l'Italie !