" />
La Bonette 2011 ( récit pconvert, puis de lacox ;-) )

Triple challenge que cette 29 iem "ascension pédestre de la Bonette" (terminologie officielle ) :

--->En premier : la courir, of course ;-)
Col mythique, celui de la Bonette culmine à 2802m ce qui en fait la plus haute route d'Europe
Le départ se fait de Saint Etienne de Tinée , ce qui nous donne un magnifique parcours de 27 Km pour un dénivelé de 1700 m !
Départ du village puis rapidement dans les melezins, à 7 h du matin, à l'ombre et soleil levant .... Passage devant des cascades ... j'ai déjà chaud !!! (oui...sous la perruque ;-) )
Au 10 iem Km : nous arrivons au début des Alpages ...et en même temps au début de la zone ensoleillée ;-)
Je crains le pire, nous avons eu des années chaudes, et l'effort constant en montée dans la chaleur est terrible ... Mais non! Un Mistral glacial se lève ... avec bonheur au début , puis avec l'altitude, la température chute ... chute !!!!
L'arrivée dans la troisième zone : celle du minéral, après le camp des fourches, ancien camps militaire, nous verra tous avec les doigts gelés, je demanderai au gentil bénévole de dévisser la gourde et de la remplir : je ne sens plus rien du bouts des doigts ;-(
La pente est plus ou moins régulière, entre 6,5 - 7 - 8% pour finir à 11% dans les derniers hectomètres ....
Mon challenge, comme dans toutes course de montagne sur route ou piste : le "Full Running" ! ne m'autoriser aucune période de marche, si faible soit elle ;-)
En cas de blocage par épuisement temporaire : une seule issue : l'arrêt ! Très bref (5 -10 sec ) en en profitant pour une gorgée de ma gourde ou une petite photo, et je repart aussitôt .... pas de marche à pied : c'est fatiguant (mieux vaut un arrêt bref reposant) ça casse le rythme et on ne sait plus quand recourir ...et nous ne sommes pas là pour marcher, mais courir !!! Nondedjiou !!!! ;-)
Mission accomplie ;-) en 2h53 à 5min de mon meilleur chrono d'il y a ....qq années .
71 iem et 13 iem V2 ... Pas mécontent ...
DSC09617
----> le deuxième challenge :
Comme d'hab : le courir déguisé !
Nous avons inauguré sur cette course, les déguisements l'an passé, sous la pression de la "pconvert féminine" j'ai cité LaCox ;-) : des petits chaperons rouges (lacox, la-tortue, Japhy, Regina), un méchant Loup (pconvert) , une mère-grand (Did) et un chasseur (bernard)
Cette année ce sera : " les PomPom Girls" .... Avec Lacox la-tortue et ....bibi , un pconvert "A-Do-Rable" dans sa jupette de sheerleader , bien courte mais ma vertu était protégée par une zoulie culotte à froufrous, et une belle perruque rousse à sortie à la jupette ;-) ... Et puis une PomPom sur le retour : Did en "Vamp" !
Bien sûr : félicitation des org. qui nous remercie d'animer la course, petit film, interview, la une de Nice Matin ... et des éclats de rire sur tout le parcours !!!!
Je ne me serait pas fait mettre la main au panier, comme avec mon Tutu sur l'ultraMarathon de Zermatt ou de la Drome !!!!( tous les hommes sont des cochons !!! ;-) ) mais j'ai pris bonne note des félicitations pour la petite culotte affriolante ...et les conseils de raser mes guiboles, assez peu sexy !!!! (Pfffffff.....)
DSC09658
-----> le troisième challenge :
Et celui ci me tenait à cœur : la courir en Vibram Five Finger (VFF) : "chausson minimaliste à doigts séparés" et sans aucun amorti (3 à 5mm de semelle en Vibram)
Depuis mon premier achat de VFF au Marines Corps Marathon de Washington en début novembre 2010 , je suis devenu un adepte du "courir naturel" préférant faire plus confiance à mes amortisseurs naturels : les énormes tendons d'Achille et mes beaux muscles des mollets , plutôt qu'aux gels, mousses, et autre plaques en vagues ...
N'ayez crainte : la foulée est radicalement différente : on ne pose pas les talons, le contact au sol varie entre la plante vaguement à plat et l'avant pied voir les "pointes" , la foulée devient plus rapide : naturellement et instinctivement, elle devient souple , élastique, féline !!! Un régal ! (sur route j'utilise : soit les VFF "Bikila" et alors sans chaussettes 5 doigts car très ajustées et quasiment sensuelles ;-), soir le modèle "Komodo" avec de fines chaussettes 5toes )
En Trail j'utilise le modèle "KSO Trek" avec une semelle plus crantée et de 5mm , dessus en cuir de Kangourou : quel sensation jubilatoire de sentir les herbes passer entre les orteils (j'ai du attendre 52 ans pour vivre cela !!!!!!!) de sentir le pied de mouler sur le relief au lieu de sentir sa cheville se pseudo-luxer sur la moindre irrégularité du terrain avec des chaussures Trail épaisses .... Il faut l'essayer et le voir pour le croire ;-)
Je fais donc depuis 8 à 9 mois des sorties régulières sur route ou en Trail avec mes diverses VFF avec à chaque fois un plaisir d'adolescent ! L'impression de redécouvrir la course à pied . Deux courses sur route : la Riviera Classic Vintimille - Monaco , et récemment Luceram Peira-Cava : course qui a l'avantage de représenter exactement la moitié de la Bonette, en Km et dénivelé ( cette dernière avec le pote Did, nouvellement converti aux VFF ;-) )
Challenge relevé avec brio, puisque les VFF m'ont bien propulsé en haut de ce fameux col , foulée légère et dynamique ... mon angoisse était le risque de froid aux pieds ( car dans ce cas là : il est terrible de n'avoir aucune sensation quelconque du contact du pied au sol, on a l'impression de courir avec deux bouts de bois ! )
J'ai donc opté pour les Komodo avec chaussettes ... ce fut juste mais suffisant .... au vu des trois degrés au sommet du col !!!!!!
La course de Did, en VFF Komodo, s'est merveilleusement bien déroulée aussi, il gagne même plusieurs min, en 3h07 , sur ses chronos passés(comme il l'a fait aussi sur Luceram) : signe que les VFF offrent une foulée plus dynamique et tonique !

signalons que nos filles lacox et la-tortue améliorent leurs chronos également ! Et que , comme d'hab , notre Gazella fait un podium ;-)

Pour les à cotés : ce WE a été comme l'an passé ( et les autres ;-) ) une belle réussite :
Avec en particulier une belle rando la veille, en compagnie de Did et Lacox, aux Lacs de Vens : 7h30 d'une belle sortie grimpette vers ses lacs magnifiques !!!!
Et deux très bons Resto au restaurant "le Pratois" pour ne pas le nommer ( au Pra : seule micro descente de 100m sur le parcours de la Bonette ;-) )
une mignonne chambre dans un gite au petit village de Saint Dalmas le Selvage : village resté nature, et que nous adorons été comme hiver, avec ma Dany ;-)

Et voila comment ce triple challenge de la Bonette 2011 restera dans ma mémoire comme un grand moment de course à pied ! ( et quand je pense que 15j avant , sur l'ultra de Zermatt, je me disais à l'envie : non non et non ! Je n'irais pas faire la Bonette !!!! J'en ai marre des montées ;-). ;-). )



Image numérisée 112060001
récit de LaCox

Bon, faudrait peut-être
Que je m’y mette
Au récit de la Bonette
Sinon, ça va finir aux oubliettes !

23-24 juillet 2011, 3 semaines ont passé,
Si pour l’écrire, je me fais bien un peu prier
Pour le courir, je n’ai pas du tout résisté.
Ce n’est pas que j’ai oublié la difficulté

Mais cette année, ça coulait de source, la Bonette !
Avec Millau au bout de la lorgnette,
J’allais pas faire la mauviette
Et me priver de cette… fête… !

D’ailleurs, Dany, mon amie,
Pourtant sans objectif précis,
De son côté, elle aussi,
Aucune résistance n’a émis ?!?!

Comme d’hab, on n’ se prend pas la tête :
Dé-gui-sés ! non, non pas en majorettes !
C’est en pompom girls, cette fois, que l’on s’apprête
A se lancer à l’assaut de cette mythique grimpette.

27 kms, 1700 m de dénivelé,
Vous vous rappelez ?!
On n’est pas là uniquement pour rigoler !
On a aussi un défi de taille à relever.

J’me dis que si j’le réussis, je sais, c’est un peu bête !,
Je viendrai à bout de ma quête :
Courir et finir à Millau ce 100 kilomètres.
Je sais, je sais, c’est vraiment bête !

La veille au soir, un bon dîner :
Au « Pratois », restaurant à recommander
Alléchantes et consistantes, les spécialités, cuites au feu de bois, proposées,
De quoi, pour demain, bien nous « booster ».

7h du mat’, Pconvert, perruque rousse et courte jupette,
« Zoulie » petite culotte à dentelles … le temps d’une Bonette, au rebut la braguette !,
On peut pas dire qu’il se la fait discrète
Cette course pédestre de la Bonette.

Courses pédestre et cycliste réunies, cette année,
Le Conseil Général ainsi en a décidé ?!?!
Un mariage pas de tous apprécié…
C’est vrai qu’on s’est un peu gêné !

Une pompom girl un peu « décatie », la pôvrette,
C’est Did ! …devait être un peu distraite,
Au sortir de sa couette,
Pour, dans une telle tenue, oser paraître !

Il a eu, ils ont eu, un franc succès
Nos deux mecs ainsi grimés.
Des ailes, ça leur a données
Et leur chrono ont fait « pété » !

En tenue tradi de pompom girls, casquette sur la tête,
Dany et moi, soyons honnêtes,
Faisons bien quelques –discrètes- courbettes
Pour tenir aussi un peu la vedette.

Aujourd’hui, je cours pour Eddy, son prénom, en lettres colorées, dans mon dos, écrit,
Son combat : vaincre la maladie !………………….. vaincre un Col : mon défi !
Eddy, je t’envoie de l’Energie,… les coureurs, les cyclistes, les bénévoles aussi,
Et de répéter à l’envi : « une pensée pour Eddy !… merci pour lui !… »

270 coureurs s’éparpillent à l’unique coup de gâchette et des 7 coups de cloche(tte),
C’est partiiii ! ambiance « bonne franquette »
Mais on n’y va pas non plus pour « compter fleurette ».
D’ailleurs, Dany et moi, sur cette course,…. quasi muettes !

De St Etienne de Tinée au mythique sommet
De l’ombre boisée enveloppante à la lumière crue du col pelé et exposé,
La nature se dénude en même temps que se lève un vent violent et glacé ;
Des rafales à me clouer sur place, à me geler les doigts, les lèvres,… le corps tout entier !

Je pense à toi Eddy….. pas question, à la marche, de céder un seul mètre,
Je serre les poings, les dents, tête baissée, je cours toujours, je brave la tempête.
Le froid cuisant m’engourdit,… « Mon Dieu, qu’il fait frisquette ! »
Le vent violent m’étourdit, … « quand est-ce que ça s’arrête ? »

J’me sens « tout mou, mou, tout mou »,
J’ai la nausée, je tiens à peine debout,
Et pas d’gel pour m’aider à tenir le coup.
Pourtant, j’suis presque au bout !

Au bord du précipice, je m’arrête,
Me penche, mains sur les g’noux, Dany s’inquiète :
Voudrait pas que dans le vide je me jette !
Oh, j’ai pas fait tout ce chemin pour des clopinettes !

« Ovomaltine », un p’tit bout d’barre,
Et ça repart ! ça va, on n’est pas en retard !
Dany, à mes côtés, mieux que la barre,
Ses paroles d’encouragement, je m’empare.

Eddy… Dany… un Défi : celui des 100 kilomètres !
Trois sources d’Energie pour la conquête
De cette Ascension Pédestre du Col de la Bonette.
Sans oublier, Did et Pierre !!! ouh la la, la boulette !!!

L’arrivée, heureuse(s) et soulagée(s), « en tambour, en trompette »
Nos « z’hommes »…surpris !… déjà ?… « mazette » !
Un quart d’heure gagné sur le temps de l’an passé : Lacox, satisfaite !
L’accueil enveloppant : la couverture de survie, c’est chouette !

Puis les bras de mon chéri, tout en dégustant de délicieuses tartelettes.
La navette n’a pas attendu les starlettes !
Un bénévole, un chauffeur, une vraie gazette,
Nous offre sa voiture et les 45 minutes que dure la descente, nous taille une bavette !

Au resto, Japhy, en rando dans le coin, nous rejoint. Chouette !
Et tout en maniant la fourchette
Ne perd pas une miette
Des dernières frasques des vedettes.

Mais, « je-vous-ai-pas-tout-dit » ! La course de la Bonette
Ne représente qu’une facette
De ce week-end champêtre.
La veille, sous la rassurante houlette,

De notre ami Pierre, environ 7 heures et 20 kilomètres,
Dans les paysages grandioses du Mercantour, une sortie gentillette,
En mode… marche… ! …j’imagine d’ici vos bobinettes !
Marcher ? le Pconvert’s club ? non, non, ce ne sont pas des sornettes !

Objectif du jour : les Lacs de Vens, un régal pour les mirettes,
Le plein de beauté et petit échauffement pour les gambettes,
La « tchach » va bon train (c’n’est plus un scoop !) : layette, poussette, recettes,…

Allez, ici, je m’arrête
et vous invite à consulter les photos pour vous faire une idée plus nette
De ce fantastique week-end « Bonette »

« Pompompompompompompompompom… »…………au revoir les pompom girls !